Une entreprise ne suffit pas : la promesse de Nairobi

Des entrepreneurs experts aux côtés des jeunes pour favoriser la naissance de nouvelles entreprises

Par Trees Verhegge

du Rapport ÉdeC 2014-2015, sur "Economie de Communion - une culture nouvelle" n.42 - Encart rédactionnel inséré dans Città Nuova n. 2 - 2016 - février 2016

N42 Pag 10 Trees Verhegge autore ridPendant le congrès ÉdeC 2015 à Nairobi, beaucoup d’entrepreneurs présents, parmi lesquels Koen et sa femme Lieve, ont eu l’opportunité de rencontrer les jeunes africains participants à l’école qui a précédé le congrès. Après des voyages parfois de plusieurs jours, ces jeunes , arrivés avec le désir de réaliser leurs rêves entrepreneuriaux, se sont réjouis de voir comment les graines d’une nouvelle économie fleurissent avec luxuriance quand elles sont plantées dans un terrain peu pollué par les effets collatéraux de l’économie libérale.

Koen avait pu lire leurs rêves de jeunes aspirants entrepreneurs, écrits sur des feuilles affichées sur un mur. Comme d’autres “entrepreneurs experts”, il avait ajouté à ces feuillets sa carte de visite, en s’offrant d’aider à la réalisation des projets.
A ce moment-là, on ne voyait pas qui donnait et qui recevait, tout était amour et à chacun arrivait le centuple.

Dans une profusion de couleurs, habits africains ou non, visages pâles ou non, on comprenait que pour ce type d’entrepreneurs “une entreprise ne suffit pas”, c’est pourquoi tous se sont empressés de souscrire le pacte: “Je promets de dépenser ma vie comme apôtre de l’Economie de Communion et ainsi contribuer à un monde plus juste et fraternel, afin que se réalise le plus grand rêve de Chiara: Que tous soient uns”.

Koen Vanreusel, entrepreneur belge, a fondé Batiself, devenu Easykit, entreprise qui N42 Pag 10 Koen Lieve Belamy ridoffre des kits d’équipements avec service d’assistance et d’accompagnement pour le “DIY” (“Do it Yourself” c’est à dire “Faîtes le par vous-même”) dans les secteurs du chauffage, de la ventilation, de l’électricité et des sanitaires. Il y a un an il a aidé l’ingénieur serbe Atilla à créer dans la ville de Novi Sad une entreprise ÉdeC Easykit Serbia. A Nairobi Koen avait réservé son billet pour visiter le projet de Belamy Paluku, jeune musicien et chanteur de Goma, au Congo.

Pour animer les événements du Mouvement des Focolari à Goma et dans d’autres villes, avec d’autres jeunes, Belamy avait collaboré au lancement du centre culturel “Foyer culturel de Goma”, en N42 Pag 11 Progetto Belamy ridcoopération avec la Belgique et la République du Congo. Le centre offre à 300 jeunes une formation artistique dans les disciplines de la musique, de la danse et du théâtre; chaque samedi est organisé un concert, fréquenté par 4 000 personnes en moyenne, durant lequel on transmet des messages positifs, orientés à la tolérance et au bien commun.

Belamy en est le directeur artistique et en 2013 il a décidé de devenir auteur-compositeur-interprète professionnel, organisant des concerts et signant des contrats. Durant le congrès de Nairobi il a manifesté le désir de monter une maison de production musicale appelée “Belazik”, à partir d’un studio d’enregistrement de chansons et de production de vidéos jusqu’à la commercialisation de la musique, dans l’esprit de l’ÉdeC.

Certain que la culture et la musique sont des éléments importants pour la maturation d’une société, Koen s’est intéressé au projet, s’engageant à collaborer pour le réaliser avec Belamy et son futur associé Samy.

Deux autres congressistes, Frédérique et Nathalie Dupont du Nord de la France, avaient N42 Pag 10 Dupont Belamy 04 ridaussi exprimé leur intérêt pour le projet de Belamy. De retour en Belgique, Koen et Lieve sont allés les trouver. Après une belle journée ensemble, tous les quatre ont écrit à Belamy pour avoir des nouvelles de l’état du projet, ajoutant quelques questions utiles à la définition du plan économique et financier de la future entreprise.

Belamy et Samy ont aussitôt répondu, avec précision et sérieux, en ce qui concerne le plan économique, tant ce qui est déjà réalisé que ce qu’ils pensent développer dans l’esprit de l’Economie de Communion. Ayant prévu un voyage au Rwuanda pour un mariage, Koen et Lieve ont informé Belamy et ses amis de Goma qu’ils pourraient les rencontrer à Gisenyi, ville voisine de Goma.

Il y eut trois rencontres avec Belamy, Samy et les autres jeunes présents au congrès de Nairobi: une à Gisenyi et deux à Kigali. Ce furent des moments de travail intense: les participants, enthousiastes, ont appris comment prévoir un budget, ce que veut dire définir N42 Pag 10 Koen Belamy ridla “mission” de l’entreprise, et ainsi de suite.

Il y a aussi eu un temps pour écouter, poser des questions, entrer dans la culture de l’autre, toujours dans l’esprit de l’Economie de Communion, et ils se sont quittés dans un climat festif, s’engageant à prévoir le budget de l’entreprise d’ici janvier 2016.

Convaincus du sérieux du projet, Koen et Lieve, ainsi que Frédéric et Nathalie, se sont déclarés prêts à participer aux investissements pour différents projets, en collaborant de différentes façons: ils seront aussi présents à l’inauguration de l’entreprise. Les jeunes du Congo songent déjà à un pôle industriel ÉdeC à Goma, pôle qui devrait naître de l’étroite collaboration entre les cinq petites entreprises ÉdeC qui sont déjà présentes.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.