Le trésor du ciel s’ouvre

L’entrepreneur ÉdeC Gonzalo Perrin raconte son expérience à l’Université Nationale de Rosario (Argentine), dans le cadre du congrès : "Subsidiarité : une responsabilité d’entrepreneur".

Par Carolina Carbonell

141104 pasticcino11Gonzalo Perrín n’aurait jamais imaginé qu’il deviendrait à seulement 29 ans le chef d’une entreprise de production de biscuits. Il avait étudié et s’était préparé à travailler dans l’industrie hôtelière. Mais quand il a connu l’ÉdeC, il a été conquis par sa philosophie et n’a pas hésité à tout abandonner pour s’y engager. Aujourd’hui il dirige Pasticcino, une entreprise installée dans le parc d’activités Solidaridad qui confectionne chaque mois 2.500.000 biscuits à café, et les distribue dans 25 réseaux de commerçants. De plus, la création d’une filiale est actuellement en projet dans le parc d’activités Spartaco, à Sao Paulo (Brésil).

Jeudi 23 octobre dernier, Gonzalo a participé à la présentation de l’ÉdeC à l’Université Nationale de Rosario (Argentine), dans le cadre d’un congrès intitulé : "Subsidiarité : une responsabilité d’entrepreneur".

Il a commencé par ces mots : "En 2008 j’ai renoncé à l’emploi que j’avais à Rosario et je suis revenu dans mon village, O’ Higgins, pour produire chez moi des biscuits. Il a fallu plusieurs mois pour équiper le hangar et acquérir les machines nécessaires". Qu’a-t-il vu dans l’ÉdeC ? Un jour cette question lui a été posée dans un entretien avec la firme McDonald’s (client potentiel) et sa réponse fut : "Ce sont des amis qui 141104 pasticcino13s’aiment, on les voit heureux de vivre ensemble, et c’est pour ça qu’ils réussissent dans ce qu’ils font et dans la vie…".

Depuis lors, Gonzalo est passé de surprise en surprise. L’expérience vécue avec Charly est un chapitre spécial : ce collaborateur aveugle, assembleur de boites, est devenu un ami et l’un des principaux conseillers. Un jour un visiteur de l’entreprise lui a demandé s’il avait calculé le surcoût de ce salarié. Gonzalo, qui suit de près la comptabilité, lui a répondu : "Oui, c’est vrai qu’il me coûte davantage, mais ce qui n’apparaît pas dans le bilan c’est l’énorme richesse que représente Charly, les idées qu’on partage, les propositions qui naissent quand on est ensemble, et l’ambiance positive qu’il a fait naître entre collègues, toutes choses qui ne se mesurent pas mais sont un véritable gain".

Gonzalo a aussi raconté ce qu’il fait des profits de Pasticcino : "Nous les partageons en trois parts selon les principes de l’ÉdeC ; quelquefois on a du demander un prêt à la banque pour donner notre contribution à l’ÉdeC". On pourrait se demander si le sacrifice en vaut la peine et s’il ne serait pas mieux d’avoir une belle auto, une maison en propriété, ou de voyager davantage…

Là-dessus Gonzalo a les idées claires. 141104 pasticcino14"Oui, ce serait beau… moi je roule dans ma Berlingo (qui parfois me semble un tacot) et quand je monte dans la voiture de mes amis je me dis : "quelle belle voiture !", mais je pense alors que je n’ai jamais manqué de rien et que j’ai tout qu’il me faut. Les choses les plus importantes dans la vie ne s’acquièrent pas avec de l’argent. Ce qui m’est le plus précieux ce sont les rapports construits pendant ces années. Je ne sais pas combien de temps durera l’entreprise : 10 ans, 100 ans… peut-être, mais à la fin ce sont les rapports qui resteront, le vécu. C’est cela qui m’est le plus précieux".

Que voudrait-il dire à d’autres jeunes qui aimeraient entreprendre avec la même culture d’entreprise ?  Il répond : "Je vous raconte un fait personnel. Cela fait un bout de temps que je cherche à obtenir un contrat avec une grosse entreprise. J’ai eu cinq entretiens, sans succès.  Il y a dix jours j’ai eu un sixième entretien avec un des responsables, et là une petite chance de réussite est apparue. J’ai vécu ces dix derniers jours comme un fou, très anxieux, consultant à tout moment mon portable, me demandant sans cesse s’il fallait appeler ou envoyer un mail. Oui, comme les amoureux. Samedi dernier, c’était l’anniversaire de mon père, toute la famille était venue chez moi, et il y avait aussi ma grand-mère de 82 ans. Quand je parle avec quelqu’un, j’aime que ce soit en profondeur, et j’ai donc raconté à ma grand-mère tout ce qui était en train de m’arriver, le fond des choses… Vous savez ce qu’elle m’a dit ? « Ne te préoccupe pas, Gonzalo, parce que si le contrat avec cette entreprise ne se conclut pas, c’est pour un bien plus grand ». En vérité, je ne sais comment, à partir de ce moment j’ai ressenti une paix profonde, et je n’ai plus consulté le téléphone comme avant. Je dis ceci aux jeunes : n’ayez pas peur de vous lancer, soyez confiants, vous ne le regretterez pas. Les tentations ne manqueront pas, mais ça fonctionne, je vous assure que ça fonctionne et que ça donne le bonheur".141104 pasticcino12

Lundi dernier, 27 octobre, j’ai envoyé un mail à Gonzalo pour le remercier d’avoir accepté ma proposition de nous présenter ensemble en public pour raconter l’expérience de l’ÉdeC. Mercredi 29 il m’a répondu : "Ciao Carolina, cela a vraiment été beau, je suis content d’être venu !!! Je te raconte un fait : hier c’était l’anniversaire de ma grand-mère Angelita. Juste ce jour-là le client tant espéré m’a appelé pour me dire qu’il nous accepte comme fournisseur !!! En avant Pasticcino !!!"

Je croyais mourir… Encore une fois le trésor du ciel s’est ouvert. Ce trésor qui s’ouvre après un acte de gratuité. Et qui apporte le bonheur.

Donner et recevoir… pour donner encore… C’est cela l’ÉdeC.

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 508 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.