L’économie du centuple

Nous reprenons de Città Nuova l’histoire d’une rencontre providentiell e qui va mettre sur le chemin d’une femme victime d’abus et de vol, une autre, Lorraine, qui se rendait au congrès international de l’Économie de Communion.

Par Alberto Ferrucci

Témoignage de Lorraine Lipson paru dans pdf Città Nuova n. 13/14 (471 KB) du 10-25 julliet 2015

À Dubaï, alors que j’attendais mon avion pour Nairobi, j’ai remarqué Lorraine Lipson 04 ridquelque chose d’insolite chez la jeune femme kenyane assise en face de moi : elle n’avait pas de sac et tenait son passeport dans la main. Placée à côté d’elle dans l’avion, j’ai pu écouter son histoire tragique. Elle venait du Qatar où elle était allée travailler comme employée de maison pour payer la scolarité de son fils, dans une famille qu’elle avait à présent quittée après avoir été victime d’abus. Elle était arrivée à Dubaï ce matin-là et s’était endormie, épuisée, pour s’apercevoir à son réveil qu’on lui avait volé son sac à main et tout son argent.

À la fin du voyage, je lui ai laissé quelques dollars avec ma carte de visite, et je lui ai demandé de m’envoyer son adresse mail au moment de rentrer chez elle, à Meru, à 400 km de là. Quatre jours plus tard, j’ai reçu par mail un beau message de remerciement, où elle me demandait de la recontacter quand je quitterais le Kenya. Alors que je partais de la Mariapolis Piero, elle m’a confié au téléphone qu’elle avait du mal à trouver du travail. J’ai alors pensé la mettre en contact avec le focolare de Nairobi où l’on m’a promis que l’on s’occuperait d’elle si elle appelait.

Un miracle au retour

Mais la Providence allait se manifester à moi de façon miraculeuse. Arrivée à Dubaï, comme j’avais deux heures d’attente, j’ai pris place sur un siège et j’ai offert un biscuit à la femme assise à côté de moi. Elle m’a remerciée et, au fil de notre conversation, nous nous sommes rendu compte que nous avions beaucoup de choses en commun : elle était chef de projet d’une grande entreprise sociale (orphelinats, préservation d’écosystèmes productifs, etc.) située à Meru, la ville de la jeune femme que j’avais rencontrée !
Je lui ai parlé de cette femme qui avait désespérément besoin de travailler. Sans hésiter, elle m’a répondu que, comme son projet était en train de se développer dans plusieurs directions, elle pourrait lui procurer un emploi.

Cette femme, qui porte le même prénom que moi, Lorraine, repartait pour le Colorado pour déménager mais, prochainement, je la mettrai en contact avec ma nouvelle amie kenyane qui, entretemps, m’avait envoyé un mail pour me souhaiter bon voyage.

J’ai donné à Lorraine un exemplaire de la revue New City qui parle de l’Économie de Communion en Afrique. Elle m’a confié qu’elle était intéressée pour participer au prochain événement de l’ÉdeC et m’a raconté comment elle aussi, grâce à la Providence, avait lancé son projet. 

Nous suivre:

Qui est en ligne

Nous avons 328 invités et aucun membre en ligne

© 2008 - 2019 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - info@marcoriccardi.it

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.